Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 12:31

cruz_1.JPGA la chapelle saint Pie V de Rennes, le dimanche de la Pentecôte, après la messe chantée, ce sont 19 pages et 9 croisés qui, avec ferveur et joie, se sont engagés ou ont renouvelé leurs engagements dans la Croisade Eucharistique. L’aumônier, Monsieur l’abbé Romero, a remis à chacun le bel insigne. Cérémonie émouvante et digne qui a marqué les fidèles de la chapelle. Prions pour que ces nouveaux petits apôtres du Sacré Cœur soient fidèles à leur devise: “ Prie, communie, sacrifie-toi, sois apôtre ”. De leur côté, pages et croisés se sont engagés à prier spécialement pour l’intention que des fidèles leur ont confiée.

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 10:00

San AntonioGlorieux saint Antoine! Lumière de la Sainte Ecriture, arche du Testament, vous brillez, dans la sainte Eglise, de la gloire des prédicateurs éminents. Parce que vous avez été le sel de la terre, vous êtes le modèle de toutes les vertus, le fidèle serviteur de Marie, le puissant ami de Jésus. Vous êtes aussi le soutien des faibles et des opprimés, le secours des orphelins, des pauvres et des abandonnés, le consolateur des désolés et des malades, la joie des affligés, le guide des voyageurs, la lumière des égarés, le charitable pourvoyeur de toutes les nécessités et la terreur de l’enfer. Nous vous en supplions, obtenez-nous une foi vive, une espérance ferme, la rémission de nos péchés, la persévérance dans le bien et la pratique des vertus, un parfait amour de Dieu et du prochain, la force et la consolation dans les peines et les tentations. Eloignez de nous tous les dangers de l’âme et du corps, secourez-nous dans toutes nos nécessités, obtenez en particulier... (indiquer la chose demandée). Faites enfin que nous puissions mourir comme vous dans l’amour de Jésus et de Marie. Nous vous le demandons par la joie ineffable dont votre âme était remplie lorsque Marie vous apparaissait et que l’Enfant Jésus reposait entre vos bras, et par la gloire indicible dont vous jouissez maintenant dans le Ciel. Ainsi soit-il.

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 09:06

C’est avec une certaine émotion que nous venons d’apprendre que M. l’abbé Schoonbroodt (1933-2012) est décédé le samedi 26 mai. Il avait été accidenté de la route le mois dernier et son état de santé était jusque là très préoccupant. Que son âme repose en paix !

 

http://www.catholique-sedevacantiste.com/  

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 21:09

Nous sommes heureux de vous offrir une liste des centres où l’Oblatio Munda est célébrée de part le monde.

 

Pour télécharger ce document, veuillez cliquer ICI.

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 10:00

Resurreccion-I.JPGSaint Paul disait de Jésus ressuscité : Maintenant, toute sa vie est en Dieu . Jésus vit en Dieu et pour Dieu. Et cette vie divine se communique aussi dans tous les membres de son corps mystique. En attendant que les gloires de la Résurrection se communiquent à nos corps, les fruits de la Résurrection doivent se répandre en nos âmes. Nous pouvons même, dès maintenant, participer aux gloires de la Résurrection et donc aux qualités d’un corps ressuscité, qui sont : la subtilité, l’agilité, l’immortalité, l’impassibilité et la gloire.

 

La subtilité : Au jour de sa Résurrection, la chair de Jésus devient semblable aux esprits. C’est une chair réelle, par elle il peut se rendre palpable, il peut prendre de la nourriture ; mais elle a toutes les qualités des esprits : dans sa chair, il pénètre à travers les portes closes, il arrive tout à coup, il peut se rendre invisible. Jésus se servira de cette qualité pour faire comprendre à ses disciples que désormais, aucun obstacle ne pourra l’empêcher de venir à eux, qu’il pourra, invisible, assister à toute leur vie. Jésus nous fait participer à ce privilège de subtilité en nous donnant un courage qui nous fait passer par-dessus tous les obstacles. Si vous êtes ressuscités avec le Christ, ne cherchez plus ce qui est sur la terre ”, dit Saint Paul. L’union à Jésus produit ce dégagement de l’âme. Assistés par la puissance de Jésus, nous pouvons dire : Etabli en mon Dieu, je passerai même à travers les murailles (Ps.17, v. 30).

 

L’agilité : Le corps de Jésus ressuscité étant semblable aux esprits, jouit de cette qualité des esprits qui leur permet de se transporter d’un lieu à l’autre par un mouvement instantané. Jésus est la Sagesse éternelle, cette Sagesse qui est de toutes les choses rapides, la plus rapide, qui atteint les lieux les plus reculés, à cause de sa pureté (Sap. VII). Jésus veut nous communiquer cette agilité spirituelle. Soyez prompt dans toutes vos œuvres , nous dit la Sainte. Ecriture. Cette agilité spirituelle est un amour surnaturel de la justice qui rend notre volonté prompte à s’acquitter de tout ce qu’elle doit à Dieu, à l’Eglise, aux hommes ; de telle sorte qu’elle ne se laisse arrêter dans l’accomplissement de ses devoirs, par aucune difficulté, aucune passion, aucun intérêt ou aucun plaisir. L’union à Jésus ressuscité fait tomber les attaches au péché, les attaches aux choses de la terre et augmente notre désir de Dieu.

 

L’immortalité : Jésus ne peut plus mourir, il reprend l’immortalité qu’il possédait en sa qualité de Fils de Dieu. L’Esprit de Dieu qui habitait avec amour le corps de Jésus a ressuscité Jésus d’entre les morts. Cet Esprit de Dieu, grâce à Jésus, habite aussi en nous et donnera aussi un jour la vie à vos corps mortels. Mais dès maintenant, en répandant dans nos âmes la grâce, la vie nouvelle qui est la vie même de Dieu, Jésus nous associe à l’immortalité de sa vie ressuscitée. Pour la conserver et la développer, Dieu nous envoie de nombreuses grâces actuelles. Seul, le péché mortel donne la mort à notre âme et le péché véniel affaiblit la vie divine en nous ; mais toute âme qui vit en union avec Jésus ressuscité, par lui est affranchie de la puissance du péché. Quiconque demeure en lui ne pèche plus , dit Saint Jean.

 

L’impassibilité : Jésus ne peut plus souffrir. Lui, l’homme des douleurs, de l’expiation, a rempli sa tâche et ne connaît plus que la joie. Jésus pourtant, en demeurant au milieu de nous, en se donnant à nous, malgré les insultes, les blasphèmes, les outrages des hommes, demeure au-dessus des insultes et donne aux âmes un modèle sublime de l’élévation dans laquelle elles doivent se maintenir. Il nous invite à participer à son impassibilité. Jésus ne supprime pas la souffrance, mais il donne à celui qui souffre de pouvoir habiter plus haut que la chair dans laquelle il souffre. Il nous donne d’habiter en Dieu et quand on habite en Dieu, on ressent moins vivement les choses d’en bas. La peine n’est plus un désavantage , nous dit Saint Paul et même elle devient un avantage. L’âme unie à Jésus ressuscité devient plus puissante pour combattre ses passions, pour dominer les évènements en se dominant elle-même, pour ne pas se laisser effrayer par les difficultés. Mais impassibilité n’est pas indifférence ou insensibilité. Comme Jésus, nous devons nous intéresser aux souffrances de notre prochain et nous empresser à les soulager.

 

La gloire : Jésus, Fils de Dieu, a droit à la gloire, la gloire de son Père. Dans sa vie mortelle, la divinité était en lui une source infinie de gloire, gloire qu’il voilait pour pouvoir subir comme nous l’humiliation et la souffrance. Mais cette gloire que Jésus a méritée pour nous et qui sera une participation à la gloire du Fils de Dieu, cette gloire, Jésus veut nous y associer dès maintenant ; cette gloire de Jésus se communique à nous en une lumière surnaturelle qui éclaire notre intelligence, notre cœur, notre âme et qui, dans une certaine mesure se répand sur notre corps lui-même.

 

L’âme humaine a soif de voir Dieu ; et le corps a soif de la résurrection nous dit Saint Grégoire. Si nous voulons nous préparer à la Résurrection glorieuse, ayons soif des qualités qui rendront gloire en nous à Jésus ressuscité, et qui associeront dès maintenant nos âmes à sa Résurrection.

 

(D’après le Père Thiriet O.P., dans L’Evangile médité avec les Pères ).

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 10:22

mil mi 1Le site d’Oblatio Munda, entièrement consacré à la prière pour les prêtres, les religieux, les communautés “non una cum”, veut être comme une liaison spirituelle entre les groupes pour attirer les bénédictions du Bon Dieu.

 

Il faudrait que tous les cœurs soient un, dans la Vérité par la Charité du Cœur de Jésus.

 

Nous faisons partie de l’Eglise, cette Eglise, née de la blessure du Cœur de Jésus. Actuellement, l’Eglise vit une “crise” sans précédent, orpheline de pasteur. Si vraiment nous aimons l’Eglise, qui est notre Mère, nous devons souffrir de la voir ainsi outragée et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour la défendre.

 

Nous devons, d’une part, désirer ardemment son triomphe et, d’autre part, faisant partie du même corps mystique, professant la même foi, combattant le même combat sans compromission avec l’erreur, communiant à la même victime, l’Agneau immaculé, nous devons être unis dans la même Charité. Non seulement cette Charité qui est l’état de grâce, l’amour de Dieu, mais cette Charité effective envers notre prochain, dans nos pensées, nos paroles et nos actions. Cette Charité qui est bonne, douce, patiente, humble, prudente.

 

C’est pourquoi, il y a quelques semaines, nous avons proposé aux prêtres qui offrent l’Oblatio Munda, de célébrer gracieusement une messe, pour le triomphe de la Sainte Eglise et l’unité dans la Charité de tous les fidèles professant intégralement la Foi catholique.

 

Nous remercions tous ceux qui prient à ces intentions et remercions particulièrement Mgr. Stuyver, le Père Mercier, o.s.b., Mgr. Dolan, Mr. l’Abbé Ercoli, Mr. l’Abbé Tritek, Mr. l’Abbé Grossin.

 

Ainsi donc, à ces deux intentions, cette messe sera célébrée une fois dans le mois et chaque fois par un prêtre différent. Elle sera dite sans date fixe.

 

Cette messe, désormais organisée, commencera au mois d’avril prochain et se terminera au mois de janvier suivant.

 

Nous proposons aux fidèles qui le désirent, de s’unir d’intention à ces messes mensuelles, et de réciter chaque jour, à ces deux intentions exposées, trois “Je vous salue, Marie”.

 

Puissent nos prières, nos œuvres de charité unies à l’Oblatio Munda de notre Sauveur, hâter le triomphe de la Sainte Eglise et le Règne du Sacré-Cœur de Jésus par le Cœur Immaculé de Marie.

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 20:14

est_com.jpg« Les fêtes ont été instituées pour rendre à Dieu en commun, dans ses saints temples, le culte suprême d’adoration, de louange, de remerciement, de réparation. Tout y a été si bien disposé et adapté aux circonstances  - les cérémonies, les paroles, le chant, l’ordonnance extérieure en tous ses détails  -  qu’elles peuvent faire pénétrer profondément dans l’esprit les mystères, les vérités ou les faits que nous célébrons et nous porter aux sentiments et aux actes correspondants. Si les fidèles étaient bien instruits de cette matière et célébraient les fêtes avec l’esprit voulu de l’Eglise en leur institution, on obtiendrait une rénovation et un accroissement notable de foi, de piété, d’instruction religieuse, et, par conséquent, la vie intérieure des chrétiens s’en trouverait ranimée et améliorée ».

 

« Que tout bon chrétien, s’aidant de la prédication ou de quelque livre approprié, s’étudie à comprendre et à faire sien l’esprit de chaque fête, se reportant à son objet et à son but spécial, méditant la vérité, la vertu, le prodige, le bienfait qui s’y trouve particulièrement commémoré, cherchant de toutes manières à en retirer une amélioration personnelle. Il connaîtra mieux ainsi  et aimera avec plus de ferveur Dieu, Notre-Seigneur Jésus-Christ, la Sainte Vierge et les saints ; il s’affectionnera à la sainte liturgie, à la prédication, à l’Eglise, et cherchera même à y attacher les autres. Toute fête sera pour lui dès lors un jour de Dieu, une vraie fête qui réjouira son âme, la restaurera, la retrempera, la remplira d’une nouvelle vigueur pour porter les souffrances et les luttes quotidiennes durant la semaine » (Extrait du “Catéchisme de la doctrine chrétienne publié par ordre de S. S. Pie X”, Paris, Bonne Presse, 1913).

 

« Le grand secret pour mener cette vie chrétienne libre, pure et déjà presque surhumaine - dont la vie de Jésus sur la terre au sortir du tombeau est le type réel et à l’imitation de laquelle le baptême nous oblige - ce n’est pas tant de considérer la vanité du monde, la fragilité et la bassesse de la vie présente, et sa propre misère à soi-même, et ses passions, et tout ce dont, sans la grâce, on serait naturellement capable, et ses défauts, et ses péchés, qu’il faut cependant haïr et déplorer (tout cela est utile, tout cela est comme indispensable ; toute âme sage s’en souvient et y pense à certaines heures ; mais ce n’est pas toujours l’heure d’y penser, et ce n’est pas, en tout cas, ce qu’il y a pour nous de plus efficace) : le plus efficace, ici comme partout, le plus déterminant, le plus triomphant, c’est de regarder, autant que l’on peut, et habituellement, en haut ; c’est de considérer Dieu et Jésus ; les perfections de Dieu, ses droits, ses attributs, ses appels, ses provocations, ses attentes, ses desseins, ses promesses ; les mystères de Jésus et les grâces toutes divines qui découlent de ce qu’il dit, de ce qu’il fait, de ce qu’il ordonne, de ce qu’il souffre. C’est de se rappeler toujours qu’il est personnellement le point de départ et le chef de la vie chrétienne, que la grande vertu du baptême est de nous incorporer à lui, de nous donner sa vie, de nous faire de sa race, et de répandre en nous son Esprit, c’est-à-dire une lumière et une force par lesquelles nous sommes mis en mesure et en demeure, non seulement de ne pécher plus, comme saint Jean le dit expressément, mais encore de juger toutes choses, de discerner notre voie, de la suivre, et montant de clarté en clarté, de liberté en liberté, d’en venir à l’état intérieur de celui qui disait : “Vivre pour moi, c’est Jésus-Christ” (Mgr. Gay, Elévations sur… J. C., 91ème élév.) ».

 

(Extrait du livre de Dom Marmion : “Le Christ dans ses mystères”).

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 10:13

Toutes les dates des exercices spirituels de l’année 2012 sont désormais accessibles sur le site de Sodalitium.

Le bulletin de la Croisade eucharistique pour le mois de janvier, et le bulletin de l’Apostolat de la Prière pour les mois de janvier et février sont aussi accessibles sur le site de Sodalitium.

 

http://www.sodalitium.eu/

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 09:13

001 StemmaMgr2002 - 2012 : 10ème anniversaire

du sacre de Mgr Geert Stuyver

 

Le 16 janvier 2002, Mgr McKenna o.p. conférait la consécration épiscopale à Mgr Geert Stuyver à Verrua Savoia (Italie).

A l'occasion de cet anniversaire, nous vous invitons à prier pour Mgr Geert Stuyver et tous les évêques professant intégralement la foi catholique. C'est pour nous tous un devoir de piété filiale.

 

http://www.sodalitium.eu/

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 11:09

z2149.jpgL’Imitation a dit : Quand Jésus est présent, tout est bon ; quand il est absent, c’est un enfer.

Que serions-nous, si le Sauveur s’était contenté de vivre sa vie mortelle ?

Cela, sans doute, eût été une grande miséricorde et eût suffi pour nous mériter le salut et la gloire éternelle ; mais cela n’empêche pas que nous serions les plus malheureux des hommes. Comment donc ? Avec la grâce, la parole de Jésus, ses exemples, les témoignages excessifs de son amour ? – Oui, avec tout cela, nous serions les plus malheureux des hommes.

Voilà une famille groupée, unie autour de son bon père : elle est heureuse. – Son chef lui est enlevé ; les larmes remplacent la joie et le bonheur ; ce n’est plus une famille, il n’y a plus de père.

Or, Jésus est venu sur terre fonder une famille ; ses enfants seront, dit le Prophète, joyeux autour de sa table comme les jeunes plants de l’olivier. – Que notre chef disparaisse, la famille est dispersée.

Sans Notre-Seigneur, nous serions absolument comme les apôtres pendant sa Passion, errant et ne sachant que devenir ; et cependant ils étaient peu éloignés de Notre-Seigneur ; ils avaient tout reçu de lui ; ils avaient vu ses miracles ; sa vie venait de s’écouler sous leurs yeux ; c’est vrai, mais le bon Père manquait, ils n’étaient plus une famille, ils n’étaient plus frères : ils s’en allaient chacun à ses affaires.

Quelle société peut subsister sans un chef ?

L’Eucharistie est donc le trait d’union de la famille chrétienne : ôtez-là, il n’y a plus de fraternité.

Les protestants, qui n’ont plus l’Eucharistie, ont-ils encore la fraternité chrétienne ? Ils ne sont les uns pour les autres que des étrangers. Même quand ils sont réunis dans leurs temples, ils ne font pas une famille ; chacun est libre de penser et de dire comme il l’entend ; leurs temples ne sont que des grands salons ; aussi invitent-ils à la prière ?

Les catholiques qui ne fréquentent pas l’Eucharistie sont-ils frères encore ? On ne peut le dire ; et dans les familles où le père, les frères ne communient pas, l’esprit d’union s’en va, la mère est une martyre et les sœurs des persécutées. Non, non, sans l’Eucharistie, il n’y a pas de famille.

Mais si Jésus reparaît, la famille renaît. Voyez la grande famille de l’Eglise ; il y a des fêtes et on les comprend ; les fêtes au père de famille, les fêtes à la mère, aux saints qui sont nos frères : ces fêtes ont une raison d’être.

Oh ! Jésus savait bien que tant que durerait la famille chrétienne, il fallait qu’il fût son père, son centre, son plaisir, sa joie, son bonheur !

Aussi, quand nous nous rencontrons, pouvons-nous nous saluer fraternellement : nous sortons de la même table ; aussi les apôtres appelaient-ils instinctivement les premiers chrétiens leurs frères.

Oh, que le démon savait bien qu’en éloignant les âmes de l’Eucharistie, il détruit la famille chrétienne, et que nous devenons égoïstes ; car il n’y a que deux amours : ou l’amour de Dieu ou l’amour de soi ; il faut se donner à l’un ou à l’autre.

Sa seule présence (dans l’Eucharistie) diminue la puissance des démons, les empêchent de dominer comme avant l’Incarnation ; aussi, depuis la venue du Sauveur, y a-t-il relativement peu de possessions ; les contrées infidèles en ont bien plus que les nôtres, et le règne du démon revient à mesure que diminue la foi en l’Eucharistie.

Et vos tentations, quelquefois si terribles, si épouvantables, ne s’apaisent-elles pas souvent dès que vous entrez dans une église, dès que vous vous mettez en rapport avec Jésus dans l’Eucharistie ? C’est toujours lui, sachez-le, qui commande aux tempêtes.

Jésus est donc avec nous ; et tant qu’il y aura un adorateur sur la terre, Jésus sera avec lui pour le protéger.

Voilà le secret de la longue vie de l’Eglise. On a peur des ennemis de l’Eglise ! C’est un manque de foi !

Seulement il faut honorer et servir Notre-Seigneur en son Sacrement. – Que pourrait faire un père de famille qu’on mépriserait, qu’on insulterait ? – Il s’en irait.

Gardons bien Jésus, et nous n’aurons rien à craindre.

Si nous aimons Jésus en l’Eucharistie, si nous nous repentons de nos fautes quand nous lui avons fait de la peine, il ne nous abandonnera pas.

L’essentiel est de ne pas l’abandonner nous-mêmes les premiers. Il faut qu’il puisse toujours dire : j’ai un chez moi.

Et quand le fort armé occupe sa maison, la famille est en paix.

 

(extrait d’un sermon du Père Eymard). 

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article

Nous Contacter

Oblatio Munda

rpguerard.JPG

« Il faut que dure sur terre l’Oblation pure,

l’Oblatio munda.

Certains me prêtent l’intention de vouloir “ sauver

l’Église ”. Je refuse au contraire de m’associer avec

ceux qui professent ce propos “ in directo ”.

Car Dieu seul, Jésus seul sauvera Son Église dans

le Triomphe de Sa Mère. De ce fait, je suis certain.

Je n’ai pas à savoir le “ comment ”.

Par contre, je crois devoir tout sacrifier, faire tout ce

qui est en mon pouvoir, pour que perdure sur terre

l’Oblatio munda ».

Mgr Guérard des Lauriers

(Sodalitium n° 13, mars 1988)

  Spiritual Father of Sedevacantsm

«  Je ne me suis pas fait prêtre pour

commettre des sacrilèges ».

Padre Joaquin Saenz y Arriaga, S.J.

   p.barbara

« Le devoir de défendre la Messe est

un honneur et c’est une grâce ».

Père Noël Barbara

  

vinson

« Nous avons un phare de vérité, c’est Rome !

Soyons des passionnés de Rome. Ayons pour

certain que celui qui est désaffectionné

de Rome est déjà tombé dans l’erreur ;

et qu’on ne peut être dans une erreur

(fondamentale, sérieuse) sans qu’il y ait

une désaffection pour Rome. Demandons

cet amour pour la Vérité et pour l’Eglise ».

 Père Georges Vinson

   

null  Le blog en espagnol

 

 

Recherche

Catégories