Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 20:14

est_com.jpg« Les fêtes ont été instituées pour rendre à Dieu en commun, dans ses saints temples, le culte suprême d’adoration, de louange, de remerciement, de réparation. Tout y a été si bien disposé et adapté aux circonstances  - les cérémonies, les paroles, le chant, l’ordonnance extérieure en tous ses détails  -  qu’elles peuvent faire pénétrer profondément dans l’esprit les mystères, les vérités ou les faits que nous célébrons et nous porter aux sentiments et aux actes correspondants. Si les fidèles étaient bien instruits de cette matière et célébraient les fêtes avec l’esprit voulu de l’Eglise en leur institution, on obtiendrait une rénovation et un accroissement notable de foi, de piété, d’instruction religieuse, et, par conséquent, la vie intérieure des chrétiens s’en trouverait ranimée et améliorée ».

 

« Que tout bon chrétien, s’aidant de la prédication ou de quelque livre approprié, s’étudie à comprendre et à faire sien l’esprit de chaque fête, se reportant à son objet et à son but spécial, méditant la vérité, la vertu, le prodige, le bienfait qui s’y trouve particulièrement commémoré, cherchant de toutes manières à en retirer une amélioration personnelle. Il connaîtra mieux ainsi  et aimera avec plus de ferveur Dieu, Notre-Seigneur Jésus-Christ, la Sainte Vierge et les saints ; il s’affectionnera à la sainte liturgie, à la prédication, à l’Eglise, et cherchera même à y attacher les autres. Toute fête sera pour lui dès lors un jour de Dieu, une vraie fête qui réjouira son âme, la restaurera, la retrempera, la remplira d’une nouvelle vigueur pour porter les souffrances et les luttes quotidiennes durant la semaine » (Extrait du “Catéchisme de la doctrine chrétienne publié par ordre de S. S. Pie X”, Paris, Bonne Presse, 1913).

 

« Le grand secret pour mener cette vie chrétienne libre, pure et déjà presque surhumaine - dont la vie de Jésus sur la terre au sortir du tombeau est le type réel et à l’imitation de laquelle le baptême nous oblige - ce n’est pas tant de considérer la vanité du monde, la fragilité et la bassesse de la vie présente, et sa propre misère à soi-même, et ses passions, et tout ce dont, sans la grâce, on serait naturellement capable, et ses défauts, et ses péchés, qu’il faut cependant haïr et déplorer (tout cela est utile, tout cela est comme indispensable ; toute âme sage s’en souvient et y pense à certaines heures ; mais ce n’est pas toujours l’heure d’y penser, et ce n’est pas, en tout cas, ce qu’il y a pour nous de plus efficace) : le plus efficace, ici comme partout, le plus déterminant, le plus triomphant, c’est de regarder, autant que l’on peut, et habituellement, en haut ; c’est de considérer Dieu et Jésus ; les perfections de Dieu, ses droits, ses attributs, ses appels, ses provocations, ses attentes, ses desseins, ses promesses ; les mystères de Jésus et les grâces toutes divines qui découlent de ce qu’il dit, de ce qu’il fait, de ce qu’il ordonne, de ce qu’il souffre. C’est de se rappeler toujours qu’il est personnellement le point de départ et le chef de la vie chrétienne, que la grande vertu du baptême est de nous incorporer à lui, de nous donner sa vie, de nous faire de sa race, et de répandre en nous son Esprit, c’est-à-dire une lumière et une force par lesquelles nous sommes mis en mesure et en demeure, non seulement de ne pécher plus, comme saint Jean le dit expressément, mais encore de juger toutes choses, de discerner notre voie, de la suivre, et montant de clarté en clarté, de liberté en liberté, d’en venir à l’état intérieur de celui qui disait : “Vivre pour moi, c’est Jésus-Christ” (Mgr. Gay, Elévations sur… J. C., 91ème élév.) ».

 

(Extrait du livre de Dom Marmion : “Le Christ dans ses mystères”).

Partager cet article

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article

commentaires

Nous Contacter

Oblatio Munda

rpguerard.JPG

« Il faut que dure sur terre l’Oblation pure,

l’Oblatio munda.

Certains me prêtent l’intention de vouloir “ sauver

l’Église ”. Je refuse au contraire de m’associer avec

ceux qui professent ce propos “ in directo ”.

Car Dieu seul, Jésus seul sauvera Son Église dans

le Triomphe de Sa Mère. De ce fait, je suis certain.

Je n’ai pas à savoir le “ comment ”.

Par contre, je crois devoir tout sacrifier, faire tout ce

qui est en mon pouvoir, pour que perdure sur terre

l’Oblatio munda ».

Mgr Guérard des Lauriers

(Sodalitium n° 13, mars 1988)

  Spiritual Father of Sedevacantsm

«  Je ne me suis pas fait prêtre pour

commettre des sacrilèges ».

Padre Joaquin Saenz y Arriaga, S.J.

   p.barbara

« Le devoir de défendre la Messe est

un honneur et c’est une grâce ».

Père Noël Barbara

  

vinson

« Nous avons un phare de vérité, c’est Rome !

Soyons des passionnés de Rome. Ayons pour

certain que celui qui est désaffectionné

de Rome est déjà tombé dans l’erreur ;

et qu’on ne peut être dans une erreur

(fondamentale, sérieuse) sans qu’il y ait

une désaffection pour Rome. Demandons

cet amour pour la Vérité et pour l’Eglise ».

 Père Georges Vinson

   

null  Le blog en espagnol

 

 

Recherche

Catégories