Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 10:41

Les pauvres en esprit, ce sont les pauvres qui acceptent d’être pauvres, et les riches qui sont détachés de leurs richesses en vue de richesses meilleures. Mais qu’est-ce donc que le royaume des cieux que Jésus-Christ a promis en récompense, dès maintenant, à la pauvreté volontaire? Le royaume des cieux est à eux.

C’est d’abord le royaume que Jésus-Christ a fondé sur terre, le royaume de la vérité, de la justice, de la grâce, ce royaume que l’on nomme l’Eglise. Heureux ceux qui possèdent ce royaume! Ils sont les enfants de Dieu, ils possèdent des richesses éternelles. Les pauvres y sont venus les premiers. Dieu –dit S. Jacques– n’a-t-il pas élu ceux qui étaient pauvres selon le monde, pour être riches dans la foi, et héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment?”. Les vrais pauvres en esprit sont bien préparés à posséder ces richesses et à goûter cette manne intérieure que renferme le Christianisme.  

Le royaume des cieux, c’est le règne de Dieu dans une âme, la remplissant de sa lumière, de sa sainteté et de sa présence. Comme est riche une âme qui possède ce royaume: elle est plus riche que celui qui possèderait le monde entier. “Aussi loin que s’étendrait ses possessions –dit S. Ambroise– la terre finirait par lui manquer. Mais celui qui possède Dieu, est le maître de la nature. Au lieu de posséder des champs, il possède la terre de son âme, cette terre qui rapporte des fruits parfaits, qui ne peuvent périr. Au lieu de maisons, il possède cette habitation intérieure qui devient un temple, le temple de Dieu. Et que peut-il y avoir de meilleur? Qu’y a-t-il de meilleur que Dieu?”.

Le royaume des cieux, c’est ce royaume que Dieu a préparé pour ses élus, dans la gloire. Ce royaume est assuré aux pauvres en esprit, par une promesse formelle.

Il y a déjà quelque chose de céleste dans la pauvreté, dit S. Bernardin de Sienne. “La pauvreté est venue du ciel quand celui qui est la norme de toute vertu s’est fait pauvre pour nous. Il y a quelque chose d’angélique à ne rien posséder, rien désirer sur terre; les pauvres volontaires sont les Anges de la terre.

C’est par la résurrection que nous entrerons dans le royaume des cieux: la pauvreté évangélique nous fait participer aux qualités des ressuscités.

La pauvreté –dit S. François d’Assise– donne, même dès cette vie, aux âmes qui l’aiment, la dot de l’agilité qui leur permet de s’envoler au plus haut des cieux. C’est en abandonnant tout que les Apôtres ont pu se mettre à la suite de Jésus-Christ.

La pauvreté donne à ceux qui la possèdent, la dot de l’impassibilité; ils savent, sans se désoler, supporter la perte de leurs biens. Vous avez su supporter avec joie d’être dépouillés de vos biens disait l’Apôtre aux Hébreux vous souvenant que vous aviez une richesse meilleure, une richesse éternelle”.

Elle leur donne la spiritualité qui leur permet d’entrer dans le royaume des cieux. Des riches, au contraire, Notre Seigneur dira: “Il est plus facile à un chameau d’entrer dans le royaume des cieux”.

La pauvreté enfin nous donne la richesse avec laquelle on peut acheter le royaume des cieux.

Oh! Combien est grand le bonheur des chrétiens qui peuvent –dit S. Augustin– faire de la pauvreté le prix du royaume des cieux. Ne prenez pas en dégoût votre pauvreté: on ne peut rien trouver de plus riche. Voulez-vous en connaître la richesse? Elle a assez de valeur pour acheter le ciel. Quel trésor pourrait faire cela? Avec tous ses trésors, le riche ne pourrait obtenir d’entrer au royaume des cieux: il peut le faire en les méprisant.

Cette première béatitude est la base de la vie chrétienne. “Elle nous rappelle –dit S. Hilaire– que nous n’avons rien par nous-mêmes, que nous avons tout reçu de Dieu, que tous les biens sont communs; elle nous amène à être soumis à Dieu, et dans cette soumission, à partager tout ce que nous avons; elle nous fait entrer en communion de la bonté divine, en attendant qu’elle nous fasse entrer en possession de sa gloire.

(L’Evangile médité avec les Pères, Th. M. Thiriet O. P.).

En ce mois de novembre, prions, mettons en pratique cette première béatitude pour que beaucoup d’âmes du Purgatoire soient soulagées et surtout délivrées afin qu’elles chantent éternellement la gloire de Dieu et sa miséricorde dans le royaume des cieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article

commentaires

Nous Contacter

Oblatio Munda

rpguerard.JPG

« Il faut que dure sur terre l’Oblation pure,

l’Oblatio munda.

Certains me prêtent l’intention de vouloir “ sauver

l’Église ”. Je refuse au contraire de m’associer avec

ceux qui professent ce propos “ in directo ”.

Car Dieu seul, Jésus seul sauvera Son Église dans

le Triomphe de Sa Mère. De ce fait, je suis certain.

Je n’ai pas à savoir le “ comment ”.

Par contre, je crois devoir tout sacrifier, faire tout ce

qui est en mon pouvoir, pour que perdure sur terre

l’Oblatio munda ».

Mgr Guérard des Lauriers

(Sodalitium n° 13, mars 1988)

  Spiritual Father of Sedevacantsm

«  Je ne me suis pas fait prêtre pour

commettre des sacrilèges ».

Padre Joaquin Saenz y Arriaga, S.J.

   p.barbara

« Le devoir de défendre la Messe est

un honneur et c’est une grâce ».

Père Noël Barbara

  

vinson

« Nous avons un phare de vérité, c’est Rome !

Soyons des passionnés de Rome. Ayons pour

certain que celui qui est désaffectionné

de Rome est déjà tombé dans l’erreur ;

et qu’on ne peut être dans une erreur

(fondamentale, sérieuse) sans qu’il y ait

une désaffection pour Rome. Demandons

cet amour pour la Vérité et pour l’Eglise ».

 Père Georges Vinson

   

null  Le blog en espagnol

 

 

Recherche

Catégories