Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 20:43
La Sainte Trinité

O Trinité! Éternelle Trinité! Ô Feu, ô abîme d’amour! Flamme d’amour! Ne suffisait-il pas de nous créer à votre image et ressemblance, de nous faire renaître à la grâce dans le sang de votre Fils? Fallait-il encore nous donner toute la Trinité en nourriture! C’est votre amour qui l’a voulu. O Trinité éternelle! Non seulement vous avez donné votre Verbe dans la Rédemption et dans l’Eucharistie, mais vous vous êtes donnée tout entière par amour pour votre créature. Oui, l’âme vous possède parce que vous êtes la Bonté suprême (Sainte Catherine de Sienne).

 

Tout entière, l’adorable Trinité habite le cœur du communiant. Jésus nous l’avait annoncé: Si quelqu’un m’aime, mon Père l’aimera et nous viendrons en lui et nous ferons en lui notre demeure (S. Jean, XIV, 23).

Notre âme devient un sanctuaire témoin d’ineffables merveilles. Car les Trois divines Personnes ne restent pas inactives dans le communiant: le Père y engendre son Fils, le Père et le Fils y produisent l’Esprit-Saint.

Eternellement, le Père énonce une Parole, semblable et égale à lui-même, dans laquelle il se dit tout entier. Parole essentielle et vivante qui est son Verbe. Voyant ce Verbe, son Image, sa Lumière, sa Pensée, sa Gloire, forme de son visage, splendeur équivalente de toutes ses perfections, vivant miroir de son être et fruit de son amour, le Père l’aime d’un amour sans bornes. Le Verbe rend un amour semblable, également éternel et infini, à son Père. Amour unique quoique mutuel, vivant et subsistant, embrassement, étreinte, baiser ineffable qui les consomme dans l’unité de l’Esprit-Saint.

C’est le grand mystère, celui dont la contemplation inonde les anges de gloire, de beauté et de bonheur. Ces puissantes intelligences, qui découvrent d’un coup les profondeurs de la création entière, peuvent fixer le mystère des Trois divines Personnes éternellement, sans qu’elles ne l’épuisent jamais et sans qu’elles rassasient la faim de leur désir. Leur regard, profond et rapide, découvre inlassablement dans l’abîme de la vie divine des perfections toujours nouvelles qu’ils contemplent avec ravissement et chantent avec transport.

Voilà le mystère que nous apporte la communion.

...L’âme du communiant devient comme le ciel de la Trinité. Dans mon âme comme dans le ciel, le Père énonce son éternelle parole, il engendre son Fils et lui redit en me le donnant: Aujourd’hui, je t’ai engendré... Tu es mon Fils bien-aimé: en toi j’ai mis toutes mes complaisances (Ps. II, 7; S. Luc, III, 22).

Dans mon âme, maintenant, le Père et le Fils échangent leurs mutuelles tendresses, ils se tiennent dans cette étreinte inénarrable, ils se donnent cet embrassement vivant, ce baiser ineffable, leur amour s’exhale en ce souffle brûlant, torrent de flamme, qui est l’Esprit-Saint.

Je suis associé à cette vie qui m’est donnée, aux ineffables relations d’amour des Trois divines Personnes.

Jésus m’entraîne dans ses tendresses filiales pour son Père. Il me fait pénétrer dans son cœur, il m’enveloppe de son âme brûlante d’amour afin qu’en lui, avec lui et par lui j’aime son Père qui est mon Père. Il m’apprend à l’adorer, à le louer, à l’aimer, à me livrer comme lui-même se livre, à dire avec lui: Me voici, je viens, ô Père, pour faire ta volonté sainte... Je confie mon âme entre tes mains (Ps. XXXIX, 8; XXX, 8). Et Jésus prie son Père de m’admettre dans le mystère de l’amour des Trois: Père saint, je prie pour que, eux aussi, ils soient un en nous (S. Jean, XVII, 21).

Le Père, à son tour, m’entraîne dans les complaisances infinies à l’égard de son Fils. Personne ne vient à moi, dit Jésus, si mon Père ne l’entraîne (Ibid., VII, 44). Il ajoute: Mon Père m’a aimé (Ibid., XV, 9). Et de quel amour! D’une tendresse qui n’a pas de nom et dépasse toute mesure. Et Jésus demande encore et obtient ma participation à cette ineffable tendresse: Père saint, que l’amour dont vous m’avez aimé soit en eux! (S. Jean, XVII, 26).

Ainsi conduit au Père par Jésus et à Jésus par le Père, entraîné dans leur mutuel amour, je suis dans l’Esprit-Saint, Mouvement éternel de l’amour du Père et du Fils.

C’est dans l’Esprit-Saint, ô Père, que vous me menez à Jésus. C’est dans l’Esprit-Saint, ô Jésus, que vous me conduisez à notre Père: il est votre Don. Parce qu’il est votre union et votre consommation, le sceau de votre unité, il est mon union, ma consommation, le sceau de mon unité en vous. Il m’enseigne tout (Ibid., XIV, 26). Il achève de tout me livrer. Avec vous, ô Jésus, en vous attirant, il m’attire dans le Père. Avec vous, ô Père, en vous attirant, il m’attire en Jésus. Il m’entraîne et me possède. Il me fait un avec vous. C’est par lui qu’achève de se réaliser votre prière suprême, ô Jésus, Maître adoré:

Père saint, je prie pour tous ceux qui croiront en moi: qu’ils soient un, comme vous, mon Père, vous êtes en moi et moi en vous. Eux aussi, qu’ils soient un en nous... Je leur ai donné la gloire que vous m’avez donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, moi en eux et vous en moi, qu’ils soient consommés en un et que le monde connaisse... que vous les avez aimés comme vous m’avez aimé (Ibid., XVII, 20-23).

(L’Eucharistie à la Trinité’, M.-V. Bernadot)

Partager cet article

Repost 0
Published by oblatio-munda
commenter cet article

commentaires

Nous Contacter

Oblatio Munda

rpguerard.JPG

« Il faut que dure sur terre l’Oblation pure,

l’Oblatio munda.

Certains me prêtent l’intention de vouloir “ sauver

l’Église ”. Je refuse au contraire de m’associer avec

ceux qui professent ce propos “ in directo ”.

Car Dieu seul, Jésus seul sauvera Son Église dans

le Triomphe de Sa Mère. De ce fait, je suis certain.

Je n’ai pas à savoir le “ comment ”.

Par contre, je crois devoir tout sacrifier, faire tout ce

qui est en mon pouvoir, pour que perdure sur terre

l’Oblatio munda ».

Mgr Guérard des Lauriers

(Sodalitium n° 13, mars 1988)

  Spiritual Father of Sedevacantsm

«  Je ne me suis pas fait prêtre pour

commettre des sacrilèges ».

Padre Joaquin Saenz y Arriaga, S.J.

   p.barbara

« Le devoir de défendre la Messe est

un honneur et c’est une grâce ».

Père Noël Barbara

  

vinson

« Nous avons un phare de vérité, c’est Rome !

Soyons des passionnés de Rome. Ayons pour

certain que celui qui est désaffectionné

de Rome est déjà tombé dans l’erreur ;

et qu’on ne peut être dans une erreur

(fondamentale, sérieuse) sans qu’il y ait

une désaffection pour Rome. Demandons

cet amour pour la Vérité et pour l’Eglise ».

 Père Georges Vinson

   

null  Le blog en espagnol

 

 

Recherche

Catégories